Prix Greer

L’organisation Fix Our Schools, lauréate du prix Greer 2017

De gauche à droite :  Bill Mboutsiadis et Krista Wylie, Fix our Schools; Mike Foulds, président de la FEO et Sam Hammond, président de la FEEO

Le vendredi 7 avril, à la réunion printanière du conseil d’administration, Mike Foulds, président de la FEO, et Sam Hammond, président de la FEEO, ont remis le prix Greer à l’organisation Fix Our Schools pour sa contribution exceptionnelle à l’éducation financée par les fonds publics en Ontario.

L’année 2017 marque le 71e anniversaire du prix Greer, qui récompense des contributions exceptionnelles à l’éducation financée par les fonds publics en Ontario. Le prix a été institué à la mémoire du regretté Pr V.K. Greer, éminent éducateur de l’Ontario. Au cours de ces 70 années, il y a eu de nombreux lauréats exceptionnels et méritants, et cette année ne fait pas exception à la règle.

Fix Our Schools est une campagne citoyenne non partisane dirigée par des parents de partout en Ontario. Elle vise principalement la promotion d’écoles sûres et bien entretenues qui offrent un environnement d’apprentissage positif à nos élèves.

Le succès de l’organisation prouve le bien-fondé de sa conviction selon laquelle l’union fait la force dans le militantisme populaire non partisan. Depuis sa fondation, en 2014, Fix Our Schools a établi une solide base directe de plus de 2 000 citoyennes et citoyens de l’Ontario, ainsi qu’une importante base de soutien par l’entremise de ses relations avec la Fédération des enseignantes et des enseignants de l’élémentaire de l’Ontario (FEEO), l’Association des enseignantes et des enseignants catholiques anglo-ontariens (OECTA), la Fédération des enseignantes/enseignants des écoles secondaires de l’Ontario (FEESO), l’Ontario Public School Boards’ Association (OPSBA), l’Ontario Catholic School Trustees’ Association (OCSTA) et de nombreux conseils scolaires de l’Ontario.

En un peu plus de deux ans, l’organisation a transformé le discours entourant l’état et le délabrement des écoles pour s’assurer que ces dernières sont considérées comme une partie intégrante de l’infrastructure publique. Elle a obtenu une transparence accrue concernant l’état des écoles avec la diffusion publique des données sur l’indice d’état des installations (IEI) des écoles de l’Ontario, d’abord par le conseil scolaire de district de Toronto, le plus important conseil scolaire de l’Ontario, puis par le ministère de l’Éducation, en août 2016. Les pressions exercées par l’organisation sur le gouvernement provincial pour faire reconnaître le sous-financement chronique scandaleux des réparations des écoles ont été confirmées dans le rapport de 2015 du vérificateur général. Le gouvernement provincial a par la suite dégagé un financement supplémentaire de 1,1 milliard de dollars sur deux ans pour les réparations des écoles, portant à 1,4 milliards de dollars par année le financement annuel des réparations des écoles, jugé nécessaire pour maintenir les écoles de l’Ontario en bon état.

Fix Our Schools continue de mettre son réseau sur pied et d’exercer des pressions auprès des dirigeantes et dirigeants pour travailler main dans la main afin de s’assurer que tous les élèves de l’Ontario s’instruisent dans des bâtiments scolaires sûrs et bien entretenus. L’organisation croit qu’une formule de financement universelle pour l’éducation ne fonctionne pas et que le gouvernement provincial a le pouvoir sur l’ensemble du financement pour l’éducation; elle s’efforce donc d’encourager le gouvernement à assumer sa responsabilité pour la prestation de l’éducation publique. Elle jouera un rôle important en prévision des élections de 2018, en encourageant tous les partis politiques à faire de l’éducation une priorité de leur programme électoral.

Comme l’indique le site Web de Fix Our Schools, « [Traduction] Nous sommes des parents, des élèves, des enseignantes et des enseignants, des grands-parents, des directrices et directeurs d’école, des concierges et des électrices et électeurs qui croient que tous les élèves de l’Ontario devraient fréquenter des écoles sûres et bien entretenues, financées en tant qu’élément essentiel de notre infrastructure publique, au même titre que la circulation, les routes et l’eau. »

Liste des anciens récipiendaires